Passer au contenu principal

RAPPORT SUR LES DONNÉES DU SECTEUR POUR LE PREMIER TRIMESTRE DE 2022 DE TRANSUNION

Le Rapport sur les données du secteur pour le premier trimestre de 2022 montre une augmentation de l’activité de crédit, dans un contexte de reprise économique. Dans le cadre du Rapport sur les données du secteur, TransUnion cartographie la santé du marché du crédit à la consommation avec son indicateur du secteur du crédit (ISC), qui a augmenté de 22 points une année sur l’autre, pour atteindre 105,3 en mars 2022, ce qui représente les niveaux observés avant la pandémie. Cette hausse est due à des améliorations dans toutes les catégories de santé du crédit à la consommation mesurées par l’ISC (demande, offre, comportement des consommateurs et rendement) et marque la première fois depuis la période avant la pandémie à laquelle ces quatre facteurs ont observé une croissance en tandem.

Variations par rapport à l’année précédente des taux de défaillance de 90 jours et plus pour les prêts non hypothécaires

RAPPORT SUR LES DONNÉES DU SECTEUR POUR LE QUATRIÈME TRIMESTRE DE 2021 DE TRANSUNION

Les défauts de paiement des consommateurs restent faibles en comparaison avec les années précédentes, et sont toujours inférieurs aux niveaux d’avant la pandémie. Si les défaillances des consommateurs en général ne sont pas une préoccupation majeure, certains produits de crédit ont connu une détérioration plus importante au cours du dernier trimestre. Les retards de paiement sur les prêts personnels1 a augmenté de 19 points de base en glissement annuel, pour le troisième trimestre consécutif.


« Au moment où les effets de la pandémie continuent de s’estomper et que la reprise économique du Canada se poursuit, le marché canadien du crédit a connu une croissance significative de l’activité de crédit. La participation au crédit augmente, car les prêteurs ont recours à des stratégies de croissance plus audacieuses. De plus, à mesure que la demande de crédit augmente, les soldes suivent. Toutefois, alors que l’économie continue de se redresser, la hausse de l’inflation et des taux d’intérêt suscite une certaine incertitude et une certaine volatilité sur le marché. »

– Matthew Fabian, directeur de la recherche et des données du secteur


 

Solde moyen des consommateurs, par produit*

* Représente le solde moyen détenu par un consommateur pour chaque type de produit (les consommateurs peuvent détenir plusieurs instances du même produit).

L’économie canadienne a continué à se redresser, le taux de chômage tombant à 5,3 % en mars 2022, ce qui marque une solide reprise du marché du travail après les répercussions de la pandémie. Dans ce contexte, l’activité de crédit a augmenté au premier trimestre, les prêteurs ayant intensifié leurs efforts d’acquisition, et les consommateurs ayant recommencé à utiliser le crédit à un rythme semblable à celui constaté avant la pandémie. La participation au crédit2 a augmenté de 2,1 % en glissement annuel au premier trimestre 2022, ce qui porte la population active en matière de crédit à 29,7 millions de consommateurs, cette hausse étant en partie due à l’augmentation des octrois de prêts. Les volumes d’octrois de prêts ont augmenté de 12 % au premier trimestre 2022, les ouvertures de marges de crédit et de cartes de crédit étant le moteur du volume, en hausse respectivement de 47,5 % et de 24,6 % en glissement annuel.

La demande de crédit des consommateurs ayant augmenté, le total des soldes de crédit a augmenté de 9,2 % en glissement annuel par rapport au premier trimestre 2021, et de 13,8 % par rapport au premier trimestre 2020. Cette croissance s’explique en partie par la reprise des soldes moyens des cartes de crédit par consommateur, en hausse de 4,6 % en glissement annuel au premier trimestre 2022. C’est la première fois qu’une croissance en glissement annuel des soldes moyens des cartes a été observée depuis le début de la pandémie, ce qui représente un signe de reprise des comportements de dépenses des consommateurs. Le solde moyen des prêts personnels par consommateur a également augmenté de manière significative, soit de 19,1 % une année sur l’autre. De plus, l’offre limitée fait grimper le prix des maisons et des véhicules, et, de ce fait, les soldes moyens des consommateurs pour les produits automobiles et hypothécaires, en hausse de 3,3 % et de 8,4 % respectivement. 

En raison de la hausse de l’inflation et des taux d’intérêt, lesCanadiens s’inquiètent de l’avenir du financement résidentiel

 

L’inflation et les hausses de taux d’intérêt ralentissent une économie par ailleurs en pleine reprise. Le taux de l’indice des prix à la consommation du Canada a augmenté à 6,7 % en mars, marquant un sommet en 30 ans, et la Banque du Canada a augmenté son taux d’intérêt de 0,5 % à 1 %. La hausse des taux d’intérêt, combinée à un ralentissement déjà amorcé de la demande des refinancements hypothécaires, a tempéré la croissance des émissions de prêts hypothécaires par rapport aux niveaux records observés au cours des deux années précédentes.

La combinaison de la hausse des taux d’intérêt et de l’augmentation du coût de la vie peut créer un changement soudain des obligations de paiement qui sont indépendantes de la volonté d’un consommateur, également connu sous le nom de choc sur les paiements. Les consommateurs sont de plus en plus préoccupés par cette dynamique, l’inflation demeurant l’une des principales préoccupations des Canadiens dans l’étude Consumer Pulse sur le premier trimestre 2022 de TransUnion. Plus de la moitié (56 %) des consommateurs canadiens ont déclaré être très préoccupés par le taux d’inflation et ses conséquences, et 56 % ont indiqué que ces préoccupations ont eu une incidence sur leur comportement d’achat. En outre, bien que la plupart des consommateurs aient une opinion positive de leur situation financière actuelle, 54 % des Canadiens ont indiqué qu’ils ne sont pas aussi optimistes quant à la situation financière de leur ménage au cours des 12 prochains mois. Près de la moitié (46 %) ont indiqué qu’ils réduisaient leurs dépenses non essentielles, et un sur quatre (25 %) a déclaré qu’il ne s’attendait pas à pouvoir payer en totalité au moins une de ses factures ou un de ses prêts actuels.


« Les consommateurs canadiens ont fait preuve d’une grande résilience au cours des deux dernières années, en augmentant leur épargne grâce aux programmes d’aide du gouvernement et des prêteurs. Le marché du crédit n’a pas connu de déstabilisation significative pendant la pandémie, tout en étant en train de revenir aux niveaux d’activité d’avant la pandémie, en particulier dans le domaine des cartes de crédit. Bien que nous observions une augmentation de l’activité de crédit parallèlement à de nombreuses tendances macroéconomiques positives, la montée en flèche de l’inflation est préoccupante et la hausse des taux d’intérêt rend le remboursement des dettes plus coûteux, ce qui met l’accent sur la nécessité d’une surveillance plus fréquente et des octrois de prêt avec prudence. »

- Matthew Fabian, directeur de la recherche et des données du secteur


1 La proportion de consommateurs en retard de 60 jours et plus sur au moins un prêt à tempérament en portefeuille
2 Le nombre de consommateurs utilisant le crédit

Participez à notre webinaire sur les perspectives du secteur pour le premier trimestre de 2022 pour en savoir plus

Veuillez remplir le formulaire ci-dessous afin de recevoir le sommaire.

Nous avons besoin de votre consentement.

Nous sommes désolés, votre demande a échoué. Veuillez réessayer dans quelques instants.

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

TransUnion of Canada, Inc., 3115, chemin Harvester, bureau 201, Burlington, ON L7N 3N8

Copyright © 2022 Trans Union of Canada Inc. Tous droits réservés.

Confidentialité