Rapports sur les données du secteur au T4 de 2019 de TransUnion

Au T4 de 2019, le taux global des défaillances importantes des consommateurs au Canada a augmenté de 5,61 % et les taux d’insolvabilité étaient en hausse de 11,5 % en comparaison à la même période il y a un an. Les soldes moyens des dettes actives autres qu’hypothécaires des consommateurs ont diminué légèrement : une baisse de 0,5 % sur 12 mois. Le marché canadien des prêts hypothécaires a connu une hausse subite du nombre d’émissions, soit 17 % par rapport à l’année précédente.

Obtenir le sommaire

Certains consommateurs canadiens ont commencé à ressentir la pression du fardeau de la dette, étant donné que le taux global des défaillances importantes des consommateurs (les consommateurs ayant des versements en souffrance de 90 jours ou plus, y compris les radiations sur 12 mois) a augmenté de 37 points de base sur 12 mois pour atteindre 5,61 %. Les taux de défaillance ont augmenté pour les dettes autres qu’hypothécaires, un mouvement causé par l’accroissement des défaillances sur les prêts remboursables par versements, au cours du dernier trimestre.

Variations par rapport à l’année précédente des taux de défaillance de 90 jours et plus pour les prêts non hypothécaires

Taux de délinquance des consommateurs de 90 jours ou plus

Malgré la hausse des taux de défaillance et d’insolvabilité, le niveau des soldes moyens des dettes non hypothécaires par consommateur était relativement stable au cours de la dernière année, diminuant légèrement de 0,5 % sur 12 mois pour atteindre 30 106 $. Cette stabilisation, conjointement avec la hausse des taux de défaillance, suggère une combinaison de consommateurs ralentissant leur nombre de nouveaux emprunts, tandis qu’ils s’efforcent de gérer leurs dettes actuelles, et de prêteurs qui se gardent possiblement d’émettre de nouveaux crédits aux consommateurs.

À mesure que les niveaux des dettes non hypothécaires se sont stabilisés, les nouvelles émissions de comptes pour plusieurs produits ont ralenti. Au T3 de 2019, les émissions de cartes de crédit, de prêts automobiles et de marges de crédit ont toutes diminué sur 12 mois. Le solde moyen des consommateurs pour ces produits était également largement stable au cours du dernier trimestre. Le seul produit non hypothécaire qui a connu une croissance importante était le prêt remboursable par versements, dont le nombre d’émissions a subi une hausse de 8,3 % sur 12 mois au T3 de 2019 et dont les soldes ont augmenté de 4,1 % sur 12 mois. Cela peut être une indication que les consommateurs, qui essaient de gérer les finances de leur ménage, se sont tournés vers les prêts remboursables par versements comme source de liquidités

Solde moyen des consommateurs, par produit*

Forcast

*Représente le solde moyen détenu par un consommateur pour chaque type de produit (les consommateurs peuvent détenir plusieurs instances du même produit).

Après avoir connu une année 2019 modérée, le marché canadien des prêts hypothécaires semble s’être adapté aux nouvelles règles d’admissibilité aux prêts hypothécaires établies en 2018 avec une baisse des taux hypothécaires au cours de la première moitié de l’année, ce qui a contribué à stimuler la demande.

Le nombre de nouvelles émissions de prêts hypothécaires au T3 de 2019 a augmenté de plus de 17 % par rapport au nombre de l’année dernière, mené encore par l’Ontario (21 %) et la Colombie-Britannique (19 %) qui ont connu une grande activité sur leur marché immobilier. Une part de cette croissance annuelle peut également provenir d’une comparaison favorable en raison des taux abaissés de l’année précédente durant laquelle le marché s’adaptait aux nouvelles règles sur les prêts hypothécaires.

Matthew Fabian

« Bien que l’économie ait ralenti, certaines mesures de base comme l’inflation et le taux de chômage demeurent très bonnes et continuent d’encourager le marché. Toutefois, des conditions économiques défavorables, combinées à une faible croissance des salaires, un accroissement de l’incertitude économique mondiale et des hausses des taux d’intérêt, peuvent continuer de présenter certains défis. Étant donné ce contexte, il est important que les prêteurs aient une bonne connaissance des risques pour les consommateurs et de leur comportement possible en matière de remboursement. Des modèles analytiques avancés et des données sur les tendances peuvent les aider à détenir les renseignements dont ils ont besoin. Il y a évidemment de nombreuses tendances intéressantes qui émergent et elles méritent qu’on y prête attention au cours des prochains mois. »

- Matthew Fabian, directeur de la recherche et des données du secteur

Vous aimez?

Obtenir le sommaire