Rapport sur les données du secteur au T3 de 2020 de TransUnion

Selon le dernier rapport sur les données du secteur au T3 de 2020 de TransUnion, les consommateurs canadiens se sont bien adaptés à la crise économique actuelle provoquée par la pandémie et ont montré des signes de résilience. Si les habitudes de dépenses des consommateurs ne sont pas encore revenues à leurs niveaux d’avant la pandémie, les taux de défaillance continuent de baisser et certains marchés du crédit, comme celui des prêts hypothécaires, connaissent un afflux de nouvelles activités et une amélioration de leur rendement.

Obtenir le sommaire

Variations par rapport à l’année précédente des taux de défaillance de 90 jours et plus pour les prêts non hypothécaires

Taux de délinquance des consommateurs de 90 jours ou plus

« Au cours de l’été, nous avons constaté les premiers signes de l’adaptation des consommateurs canadiens au nouveau contexte économique. Bien que de nombreux Canadiens demeurent prudents dans leurs dépenses, on observe des signes de début de reprise, notamment lorsqu’on constate une augmentation du financement des achats importants tels que les maisons et les voitures. »

- Matthew Fabian, directeur de la recherche et des données du secteur. (traduction libre)

Solde moyen des consommateurs, par produit*

Forcast

*Représente le solde moyen détenu par un consommateur pour chaque type de produit (les consommateurs peuvent détenir plusieurs instances du même produit).

Plusieurs indicateurs démontrent que les consommateurs canadiens actifs sur le plan du crédit gèrent relativement bien les effets de la pandémie. La dette moyenne non hypothécaire des consommateurs au troisième trimestre de 2020 a diminué de 4,2 % par rapport à l’année précédente pour se chiffrer à 29 376 $, les consommateurs ayant été actifs dans le désendettement et le remboursement de leurs obligations en matière de crédit. La diminution de 11,6 % des soldes des cartes de crédit explique principalement cette baisse. La diminution des soldes de cartes de crédit est en partie attribuable à la baisse des dépenses et à la hausse des remboursements. Les mesures de santé publique visant à contenir la pandémie de COVID-19 ont entraîné une série de fermetures d’entreprises, ce qui a réduit la capacité de dépenser des consommateurs. En outre, de nombreux consommateurs ont reporté des achats importants par carte de crédit, 48 % des personnes sondées ayant retardé leurs vacances en raison de restrictions de voyage.

Les soldes des prêts automobiles et des marges de crédit ont également diminué de 2,9 % et 4,3 %, respectivement. À l’inverse, les soldes des prêts personnels et des prêts hypothécaires ont augmenté respectivement de 4,2 % et 5,6 %. Les prêts hypothécaires, en particulier, ont connu une croissance et une demande plus importantes, en grande partie en raison des prix du logement en hausse et des taux d’intérêt extrêmement bas qui ont favorisé les activités de refinancement.

Matthew Fabian

« Les Canadiens ont tiré parti des programmes gouvernementaux et du soutien des prêteurs pour atténuer leurs problèmes de liquidités, car tant le gouvernement et que les prêteurs ont continué à soutenir les consommateurs pendant ce choc économique. Ainsi, les taux de défaillance sont demeurés à un faible niveau. Néanmoins, nous prévoyons une augmentation des taux de défaillance l’année prochaine, car les options de report expireront et certains consommateurs auront du mal à maintenir leurs paiements en raison des répercussions financières que le prolongement de la pandémie provoque. »

- Fabian, directeur de la recherche et des données du secteur. (traduction libre)

Forcast

Les subventions gouvernementales et les congés de paiement favorisent les tendances de faible défaillance.

Les taux de défaillance restent faibles, car les consommateurs continuent à profiter des congés de paiement sur les soldes impayés. Environ 3,1 millions de Canadiens ont profité des reports de paiement depuis le début de la pandémie, une stratégie de traitement proactive que les prêteurs utilisent pour soutenir les consommateurs quand ils éprouvent des difficultés financières et que le chômage atteint des sommets.

Les consommateurs ont utilisé des liquidités pour payer des factures ou des dettes impayées et, dans certains cas, ont continué à rembourser des soldes de produits pour lesquels ils s’étaient prévalus d’un report. En conséquence, le taux global de défaillance des consommateurs non liée à un prêt hypothécaire au Canada a baissé de 48 points de base par rapport à l’année précédente, pour atteindre 1,44 % au T3 de 2020.

Vous aimez?

Obtenir le sommaire